,^^W...,. ^,-:..- -,.^.-.....

.mr*

■m^rr^r^-

LEXIQUE ROMAN

DICTIONNAIRE DE LA LANGUE DES TROUBADOURS,

roMi'An et;

AVEC LES AUTRlvS LANGUES DE L ETTROPE LATINE TOMK VI.

APPENDICE. _ VOCABl I.AIHE

DE i^'IMPRlMERIE DE CRAPELET,

«UE Dr. VAUGIRARI), g.

3-JJ%^

IQUE ROMAN

y//

ou

DICTIONNAIRE DE LA LANGUE DES TROUBADOURS

COMPAREE

AVEC LES AUTRES LANGUES DE L'EUROPE LATINE ,

de nouvelles recherciies historiqdes et philologiques,

d'on résumé de la grammaire romane,

n'un nouveau choix des poésies originales des troubadours,

ET d'extraits DE POÈMES DIVERS ;

PAR M. RAYNOUARD5

MEMBRE DE LINSTITIT ROYAL DE FRANCE (aCADÉMIE faANCAISl-

ET ACADÉMir. DES INSCRIPTIONS ET BELLES-LETTRES ),

SKCRÉ1A1RE PERPÉTUEL HONORAIRE DE I.'aCADÉMIE VRANCAISE, KTC.

TOME SIXIÈME.

APPENDICE. VOCABULAIRE.

A PARIS,

CHEZ SÏLVESTRE, LIBRAIRE

HUE UP,S rONS-ENFANT.S, N" 30. 184 4.

APPENDICE

AU

LEXIQUE ROMAN,

ou

DICTIONNAIRE

DE LA LANGUE DES TROUBADOURS,

r. o M P A R K F.

AVEC LES AUTRES LANGUES DE L'EUROPE LA^TINE.

AbBAT, s. m., abbé, tome II, page 1 1 , col. I.

4. CoNTRAABBAT, S. m., coD tre-abljc. Clanstrîers, contrapriors et contraabbatz.

F. et Vert., fol. 26. Cloîtriers, contre-prieurs et contre-abbés.

5. SozABAT, S. m., sous-abbé.

Nos deiam esser sotzpriors et sozabatz.

Régla de S. Benezeg, fol. 25. Que nous devions être sous-prieurs et sous-abbés.

ABDIT, eidj., lat. abbitm.?, caché, dis- paru , rentré.

Entio que sia abdida la resudacio.

Trad. d'Albiicasis, fol. 5o. Jusqu'à ce que soit disparu le ressuage.

ABELHA, .T. /., abeille, t. II, p. 12 ,

<;oI. II.

2. Apier, .V. m., ruche.

Riichier, lieu l'on met tles ruches.

Tal eysam si bote en una veiiiera de ang autre apter.

Trad. du Traité de l'Arpentage, part. I , c. 45.

Que tel essaim se mette dans une ruche d'un autre ruchier.

ABIS, .V. w.j abîme, t. II, p. 14, col. i.

I hÏ!!. Abissi, .y. m., lat. abyssm.v, abîme. Coma artifîci, abissi,... malefici.

Lejs d'amors, fol. l5t. Comme artifice, abîme,... maléfice.

'(. AvESSA, -i.f., ravine, torrent. El riu d' un' ayga qu' era clara ; E inentre l;i jus se regara. Autre can vie aux semblau pessa , Adonx sa,Htet deilius 1' avessa.

Xej-5 d'amors, fol. 38. Au tourant d'une eau qui était claire; et taadi;i

a AGN

que là-dessoiis il se regarde, autre chien il vil avec semblable morceau , alors il sauta dedans le torrent.

ABRIL,^.w., avril, t. II, p. i8, col. i.

1. Abriu, s. m., avril.

V autr' ier a l' issitla d' abriu.

MarcaBRUS : V autr' ier. L'autre jour à l'issue cl'flcn/.

ACTIU, adj., actif, t. Il, j). 21 , col. i.

I bis. SoBREACTiu , ndj., sur-actif, très

actif.

Calor, es qualitat sobreactiva.

Elue, de Lis propr.j fol .2'^. Chaleur, c'est qualité' sur-actU-e.

ADAMAS, s. m., diamant, t. II , p. 1^ ,

col. II. ,

'}>. Adiman, aziman, s. m., diamant.

L' AZIMANS , sitôt s' es durs , Non es tan simple ni tan purs ; Car si d' adiman ost;is di, A lires aman.

lioman de Flamenca. Le diamant, quoiqu'il est (soit) dur, n'est si sim- ple ni si pur; car si de diamant vous ôtcz di , vous aurez AMANT.

ADULATIO, s. /:, adidatioi) , t. II,

p. 28, col. II.

2. AUZULADOR , ^. lïl. , lat. ADULATOR ,

adulateur, flatteur, louangeur.

L' olis engraissa lo chap del pechador, si cura favor del auzuladgii asuauza son cor. Trad. de Bède, fol. Sg.

L'huile engraisse la tête du pécheur, ainsi comme la faveur de V adulateur adoucit son cœur. CAT. ESP. PORT. Àdidador. it. Adulatore.

AGNEL,.?. ///., a^Micau, t. 11, p. ^^?» ,

col. II.

2. Anhina, s.f., peau d'agneau.

De peliissaria , dona hom del .c. d' anhinas , .i.d.

Cartulaive de Montpellier, fol. 116. De pelleterie, on doiino du cent de peaux d'a- ;;nenux, un denier.

ALO

AGtlT, adj., aigu, t. II, p. 35, col. n.

1 bis. SoBREAGUT, <7r^., sur-aigu, très aigu.

Febre sobreaguda.

Elue, de las propr., fol. 86. Fièvre sur-aif^ue.

Aïs, s. m., aise, t. II, p. 41, col. i.

10 bis. Aizos, .1. m., lieu commode.

Cascus era ben cubertz

E clairs de murs, si com aizos.

Roman de Flamenca.

Chacun e'tait bien couvert et clos de murs , ainsi comme lieu commode.

AL, adj, indét. , autre, t. II, p. 4^ ,

col. II.

2 bis. AuTRAMENT, adv., autrement.

Antras couchas... so... ditas autrament conchilhs.

Elue, de las propr. , fol. i56. Autres conques... sont... dites autrement coc{\x'\\\e%. CAT. Autrement, it. Altramente.

12 bis. Alows, ALLOJNTZ , ttdv. , ailleurs , autre part , en autre lieu.

En lieys es joys restauratz e noiritz, Qu' era at.ons sordeiatz e falhitz.

Gfi d'Uisel : Ades on pus. En elle est joie restaure'e et nourrie , qui e'tait en autre lieu avilie et faillie.

Requer li bumilnieiit , Per Dieu 1' Oainipotent, Que preguesson per lui, Qu' Ai.i.ONTz non a refiii.

t^. de S. Honorât, Lui requiert humblement, par Dieu le Tout-Puis- sant, qu'ils priassent pour lui, vu qu'ailleurs il n'a refuge.

ALBAN, adj.. blanc, t. II, p. 48, col. i.

'ibis. Albeza, s./., albeur, blancheur. Albeza o palhor.

Elue, de las propr., fol. i65. Albeur oa pâleur.

ALOC, .V. m., aleu, t. II, p. 67, col. 11.

2. Allodi, ,c. /n., aleu, bien ailodial , terme dt^ jurisprudence féodale.

Tenen allodi del senhor rey.

Prii'. conc. par les rois d'Angleterre, p. i/|. Tiennent aleu du seloneur roi.

AMI

ALT, utlj., haut, t. II, |). 58, col. u.

3 bis. IVautaaient, adf., hautement. Angel... foro per Diens plas nactament nobilitatz en lor condicio.

Elue, de las propr., fol. 9. Les anges. .. furent par Dieu plus hautement en- noblis dans leur condition.

12 bis. Adalt, adaut, adj., haut, élevé. Aicist (cambra) ru'azaata , Car es majer e plus adauta.

Roman de Flamenca. Celle-ci (chambre) m'agrée, car elle est plus grande et plus haute.

AMANDOLA, s./., amande, t. II, p. 62, col. I.

3. Mella, s. f., amande. Ol! de MELLAs amaras.

Elue, de las propr., fol. 84- Huile à' amandes amèrcs.

AMBONILH, i^. m., nombril, t. II, p. 70,

col. II.

2. Umbrilh, s. m., nombril. UuBRiLH... es el mîech loc del coirs.

Elue, de las piopr., loi. 58. Le nombril... est au milieu du corps.

3. OmBELIC, DMBELIC , S. 1)1. , lat. UMBI-

LiCH.y, nombril. Circuit del ombelic. Cnracio de la eminencia del umbei.ic.

Trad. d'Albueasis, fol. 8 et 28. Circuit du nombril. Guérison de l'éminence du nombril.

PORT. Umbigo.

4. E?fBORiGOL, S. m., nombril.

Del ENBORiGOL en sus son... con home, «■ del ENBORIGOL en aval aicy con cavals.

Letl. de Preste Jean à Frédéric , fol. 7.

Du nombril en sus ils sont... comme liomme, el du nombril en aval ainsi comme cheval.

AMIRAN,.?. w.jémir, t. II, p. 72, col. 'j..

■?-. Amiralh, s. m., émir-.

Pus foia ricx d' un \mir\i.h.

Lamberti de Bo'ANEl : S' a mon. Plus je serais riche qvi'un emir.

APO 3

AML'RCA, s. f., lat. AMt r.CA , marc d'huile.

OU... mesclat ab s.i fetz dlta amckca es yieu en sabor, et odor provoca vomit.

Elue, de las propr. , fol. 2l6". Huile... mêle'e avec sa lie dite marc est forte en saveur, et l'odeur provoque vomissement. CAT. ANC. ESP. XT. Amurca.

ANGUSTIA, .V. /:, angoisse, t. II, p. 88, col. I.

2 bis. Engueyssha, s.f., angoisse, anxiété.

Si en alcana partida le pois es trop gran, es mal senhal, qnar significa engueyssha.

Elue, de las propr. j fol. 5o. -^i en aucune partie le ])Ou!s est trop grand (fort), c'est mauvais signe , car il signifie anxiété.

3 bis. Engueysshament, .v. m. , angoisse,

tourment. Par aytal engukysshamext o sincopizament. Elue, de las propr. j fol. 87. Par semblable angoisse ou syncope.

[^bis. Ekgueysshar, v., mettre en an- goisse , affliger, tourmenter.

Lo pacicnt sincopiza o ;>' engoey.ssha.

Elue, de las propr., fol. 102. Le malade tombe en sj^ncope ou se tourmente.

APCHA,5.y;, hache, t. II, p. ioi,co!.i.

I bis. AissADA , s.f., bêche, sarcloir. Saamada de margnes d' aissadas, .1. margue. Cartulaire de Monipellierj fol. Il5. La charge de manches de bêches, un manche. CAT. Axada. esp. Azada. port. Enxada.

APOSTEMA, .V. m. (lisez/.), apostème, t. II , p. ïoG , col. 1.

5. PosTEMA, s./., lat. rtPOSTEMA , apos- tème, abcès, apostume.

Non a vergotiha de mosirar ^as plagas, sas

POSTEMAS.

(^. et Ferl.Jol.52. 11 u'a pas vergogne de montrer ses plaies, ses apostiimes.

L;i uialva poîtkma niatima.

/7/ci'. d'niitor, fol. .^o. La mauve mûrit nhci'S. ANC. CAT. ESP. roRT. TT. Pristemn.

4 AïR

6. PosTEMos, POSTEMOz, (idj-, apostt'- meux.

Fava es... repercussiva de postemozas col-

lectios.

Elue, de lus propr. , loi. 208. La fève est... répercussive à\ipostémeux amas (dépôts).

ARCANA , s.f., lat. arcan«/?2;, obscu- rité, nuit sombre, niystère.

Estan lo cel clar e seie, .1. celcle, a sem- blansa d' arcana, iuvyronet lo solelh.

Cut. ciels apost. de Romaj fol. ô.

Etant le ciel clair et serein , un cercle, à ressem- blance d'obscurité, environna le soleil.

ARESTOL , .V. r?!., manche de lance, t. Il, p. I ig, col. ï.

2. Restolh, v. ni., clKHMiie.

Froment ,... 1' espic prcn aqaest nom , quar spicuhim vol dire agiilho,... palha es difa, quar es pasleuc,... mas restolh, qaays hasta. Elue, de las propr., fol. 208. Froment,... l'ëpi prend ce nom , parce ({ue SPICU- LUM veut dire aiguillon,... paille est (ainsi) dite, parce qu'elle est pâture,... mais chaume (est ainsi dit comme étant) quasi pique.

ARMAS, s.f. pi., arnu's, t. II, p. iv.z, col. 1. ,

1 bix. Arms, s. m. pL, armes.

Humes so dit/, quayssh arms, per diferen- cia entre botue et autras beslias que ban arms. Elue, de las propr., fol. ly^. Les épaules sont dites quasi armes, par différence entre Lomme et autres bêtes qui ont armes.

ÀROMATIC, adj.^ aromatique, t. il, p. 125 , col. 1.

4. RoMATic, .V. m., du lat. «romat« , aromate.

Tota la glieysa era plena de fum delhs esses e de ROMATICS.

Philomena.

Toute l'église était pleine de fumée des encens et A' aromates.

ATRASAG, adv., reitaiuement , t. II, p. t/| j, col. I.

AUC

2. Atrasatz, atkasaitz, aol^'., certaine- ment, tout de suite, immédiatement, incessamment.

Sobre .1. sacas Don mos cosfas so atrasatz Afrevolitz.

f^. de S. Alexis. Sur un grand sac dont mes côtés sont incessam- ment affaiblis.

Ara, dis el, er faitz de plan De me o de vos atrasaitz.

Roman de Jaufre, fol. 19. Maintenant, dit-il, (ce) sera fait franchement de moi ou de vous immédiatement.

AUCIR, ALSIR , AUSSIR, AUCIRE, V., lat.

occir/6'RE, occire, tuer, faire mourir. A fin' amor que m vol a tort aucir.

GiBAiD LE Boxjx : A ley de. A pur amour qui me veut à tort occire. £1 mezeis, ses tôt dnptar. Se dcaria enans ausir. T. G. DE LA ToUK et de Sordel : Us amicx. Lui-même, sans nul douter (sans nul doute), se devrait avant occire.

Be m fetz pietz d' aucire... S'il platz qne m'AuciA, leu no m' en clam de re.

B. DE VentadOl'R : Lanquan vey. Bien elle me fit pire qu'orcj're... S'il lui plait ([u'elle me tue, je ne m'en récrie de rien. Moral. Vivifia l'arnia e adci lo cors.

Trad. de Bede, fol. 53. Vivifie l'âme et occit le corps.

Fig. Tan m' ausi ab dois martyre Qu'ie'lb perdo ma mort francamen.

G. Faidit : Coras que m des. Tant nie tue avec doux martyre que je lui par- donne ma mort franchement.

Amor que m' aussi e m trebalha.

Arnaud de Marueil : Donagenser. Amour qui me tue et me tourmente.

La bella felona Sap qu' ieu l'ai dig : Ab quai gienh m' aucizes. Rambaud de Vaqdeiras : D'amor no. La belle cruelle sait que je lui ai dit : Avec quel stratagème vous me tuâtes.

Part. prés. Adcizens bornes, e feuinas violans. Tit. du xiu<^ siècle. DoAT, I. CXXV, fol. 97. Tiinnt hommes, et femmes violant.

BLI

AMC. FR. Lors commanderont à occierre Tous cens de la partie Pierre; Mes n'auront pooir d'abatre. Ne por occire, ne por batre... Fniés, vassans, fnîés de ci, A poi que ge ne vous oci.

Roman de la Rose, v. i2o85 et 2948.

ANC. CAT. Aticir, auciiire, aucidere.

L'espagnol fait encore usage du par- ticipe passé occiso.

1. Adcizf.dor, s. m., tueur. Li clerc si fan pastor,

E son AUCIZEDOR.

P. Cardinal : Li clerc. Les clercs se font pasteurs , et sont tueurs.

Molière a dit : Coarage , mon garçon ! tout heur nons accom- pagne; Mettons flamberge an vent, et bravonre en

campagne ; Faisons l'olibrins, Yocciseur d'innocents.

L' Etourdi, acte III , scène v.

AUSAR, V., oser, t. II, p. i5i, col. ii.

6. AuDACiA, s.J'., lat. ATTDAciA, sudace. Ira, ÀCDAciA , forsanaria.

Eluc.de las propr.j fol. 53. Colère , audace, forcénerie. CAT. ESP. PORT, IT. Audacia.

AUSBERC, ,?. m., haubert, t. II, p. i52, col. I.

BOB 5

1 bis. AuBERGo , s. m. clim., hauber- geon , petit aubert.

El pert son aubergo e son tabor e sa flauta. L'Arbre de Batalhas, fol. 120. H perd son haubergeon et son tambour et sa flûte. ANC. FR. Sondoiers quatre cens et dix Armez de cotes à leurs tailles. Et de bons hauherjons à mailles. G. GuiART , t. II , p. 23o.

AZAURA,.y./., tartane, t. II , p. i6i , col. I.

2. AzAURO , s. m., barque, chaloupe, esquif.

Sarrazins et Esclans Que apparelhan azauros E galeias e naus.

V. de S. Honorât. Sarrasins et Esclavonsqui appareillent chaloupes et galères et navires.

AZUR, .<■. m., azur, t. II, p. i63, col. ii.

2 bis. Lazt:li,5. m., lat. ï.a7.vi.iis, laziili,

pierre d'azur, lapis lazuli. Zimec, es peira autrament dita i.azui.i , de la quai si fa azur.

Elue, de las propr.j fol. ig^- Zimcc , c'est pierre autrement dite lazuli, de laquelle se fait azur.

B

BALUC, adj., stupide, t. II, p. lyS,

col. II.

3. Ebalauzir , V. , abasourdir, ébahir,

hébéler. Part. pas. Ca ravios... torna ebalauzit. regar- dan tôt eviro.

Elue, de las propr., fol. 2l\3.

Chien enragé... devient abasourdi, regardant tout environ.

BLlAL,.v. m., bliaii, t. II, p. 227, col. ii.

2. Bleso, blezo, s. m., bliau, tunique.

Contra 1' ausberc e '1 perpoing e '1 bi.eso.

Galsseran de Saint-Leidier : Puoi=. Contre le haubert et le pourpoint et la tunique. Auran sazo Ansberc et elra e blezo.

PiERBE DE Bergerac : Bel m' es cant. Auront saison haubert et heaume et bliau.

BOBAN, s. m. , pompe, t. II , p. ijc^ , col. I.

7. PoMPOziTAT,.î. f., pompe, ostentation.

6

CAB

Hamilruent , ses pompozitat.

Elue, de las propr. , fol. lo. HumblemenI , sans ostentation. ir. Pomposiià, pompositate, pompositade.

8. FoMPOs, rtr//',, lat. pomposh^', pompeux. Cuiiosas laubas ni pomposas.

V.elFert., fol. 53. Robes curieuses (reclierche'es) et pompeuses. cAï. Pompos. ESP. roRT. it. Pomposo.

BRIONIA. , s.f., lat. bryonia , brioirie, couleuvrée, sorte de plante. La razitz de la heiba dita brionia.

Elue, de las propr., fol. 26. La racine de l'iierhe dile brioine, ESP. IT. Brionia.

BRIU, S. m., valeur, t. II, p. aSg, col. ii. ^bis. Embrivament, *. wz., impétuosité, empressement.

Li cel trespassaran per gran embrivament. Trad. de la 2^ épître de S . Pierre. Les cieux outrepasseront avec ^nade impétuosité.

6. Desembriar, î>., diminuer, amoindrir. A totz jorns creys e dobla et asegtira L'ainoi' qu'ie '1 port, iras los fagz desembria. Guillaume de Saint-Didier : El mon. A toujours elle croît et double et affermit l'amour que je lui porte , mais les faits elle amoindrit.

BRONHA, s./., brugne, t. II, p. 262,001.1.

CAB

2. Brunha , .y. y. , brut^tie , cuirasse. Solz las gonelas aa brdnhas safradas. Roman de Gérard de Ptossillon , ïo\. i'z. Sous les gonelles ils ont cuirasses saffre'es.

BROT , s. m., pousse, t. II, p. 263,

col. II.

^bis. Brotonar, v., boulonner, bour- geonner.

E '1 flor BROTONAN per verjan.

B. DE Ventadour : Quant erba. Et les fleurs boutonnent \^3ir verger.

Part. pas. Plus colorada

Que rosa de inaî brotonada.

P. Vidal : Lai on cobra. Plus colorée que rose de mai boutonnée.

BROYDAR , V., broder. Part. pas. Es son luantel foldrat a bêla gaiza , Ymaginat , broydat.

Palaytz de Sai>ieza. Est son manteau fourré à belle guise , couvert d'images , brodé.

CAT. lirodar.

BRUIT, .y. ///., bruit, t. II, p. 265, col. 1.

bis. Bruida, s.f. , bruit. Non teiu bruida alnr.

G. Pierre de Casals : Eras pus vey. Je ne crains biuit ni c'clal.

G

CABER, V., contenir, t. II, p. 27?.,

col. II.

8 bis. Causella, s./., châsse.

.lui. causellas a pausar reliqnias. Philomena. Quatre chasses à mettre reliques.

iç)bis. C^^rlV^rG¥., S. 177., captivité.

Selh qu' aaran fag bon captenemeii Vays elh, e sofriran caitivatge, .^uran s' anior.

R. Gaucelm de Beziers : A Dim (Imic. Ceux qui auront fait bonne conduite vtTs lui . cl souffriront captivité, auront son amour. ANC. CAT Capticntffe.

72. S0ISSEBRE, SOYSSEBBE, SOICEBRK, SOI- SEBRE, S01SEUBRE, V., lat. SUSCIP<?RE ,

prendre, saisir, tirer, imaginer. Tal vers que ma dona entenda Don vnelh ma razo soyssebre.

E. Cairels : Era no m vey. Tel vers que ma dame entende dont je veux mon sujet tirer.

PIeg 1' es que mal de febre Qui tôt o vai soisebre.

Arnaud de BIarsan : Qui coniir. l'ire lui est rjno mal de (ièvrc qui tout le va saisir.

conseillet qu el en fc/.rs ima en allai gni/a qu' e] sorsKWBKs cle l.is aiilias bonas

CAN

ilomnas e hellas, de chascuna luia beulat. y, de Bertrand de Born. Lui conseilla qu'il en fil une île telle Ijçou qu'il prît lies autres bonnes dames et belles , de chacune une beauté.

Non a laerce Ab se ni non soyssep.

AiMERi DE Peguilain : Ses mos apleg. K'a merci avec soi ni ne prend. Part. pas. Per far dorana soicebcda. Tro vos me siatz renduda. Bertrand de Born : Damna puois. Pour faire dame imaginée jusqu'à ce que vous me soyez rendue.

CzVBRA,.s./., clièvre, t. II, p. 282, col. I.

6 bis. Capp.iol, .s. ///. , la t. capreol^^' , cirrhe, tendon de vigne. Los ligaiiieas de payshels e d'aybres so diiz

CAPRIOLS.

Elue, de las propr., fol. 225.

Les ligaments de pieux et d'arbres sont dits cirrhes.

IT. Capriolo, capriiiolo.

CALV, a'clj., chauve, î. II, p. 297, col. i.

[ibis. Calvaria, s.f., lat. Calvaria , Calvaire.

Golgota, es le mont Calvaria, on, per nos, nostre Salvador fo mes en crotz.

Elue, de las propr., fol. iSg.

Golgota , c'est le mont Calvaire , , pour nous , notre Sauveur fut mis en croix. CAT. Calvari, esp. port, it, Calvario.

CAMOMILLA, s.f., camomille, f. II , p. 3o3, col. I.

2. Camo, s.f., camomille.

Las cervias... manjan las herbas camo et .sizolis.

Elue, de las propr. j fol. 2^5.

Les biches... mangent les herbes camomille et sison.

CANCELLAR, v, , biffer, r. II, p. 3o8,

col. II.

j his. Cancelier , chancellier , .s. ///., lat. cANCF.LLORîtt^, chanccHer.

CAS

y

Senbatz per lo canciemer,

Lejs d'amors, Lalolbère , p. 48. Signe' par le chancelier.

Fulbert que.,, fo chancellier del rey Ro- bert.

Cat. dels aposl. de Rama, fol. i36. Fulbert qui... lut chancelier àa roi Robert. CAT. Caceller. an<;. esp. Canceller, chancelier, chanceler, canciUer, cancellero. esp. mod. Cancelario. port. Chancelier, cancellario. IT. CancelUere .

J ter. Cancellaria , s.f, lat. cancel- r.ARiA, chancellerie. Inspection dels rôties de notra cancellaria. Priv. conc. par les R. d'Angleterre, p. 4'». Ipspection des rôles de noire chancellerie. CAT. Cancelleria. anc. esp. Cancelleria, chan- cilleria. esp. mod. Cancelaria , canceleria. PORT. Chancellaria. it. Cancelleria.

I qiiater. Yicecancelier, s. m., vice- chancelier. Era... vicecancelier.

Cat. dels apost. de Roma, fol. 216. Etait... 'vice-chancelier.

CAT. P'icecanciller. esp, Ficecanciller, vicecan- celario. port. Vicechanceller.

CAP, s. m., chef, t. II, p. Siy, ccil. ii.

43 bis. Escabelhar , -y, , écheveler, dé- cheveler.

En Barrau s' escarelha Coma negat. Rambaud de Vaqleiras : El sn que. Le seigneur Barrai s'éckevelle comme noyé.

CAT. PORT. Escabellar. CARN, s.f., chair, t. II, p. SBg, col. i.

Sbis. Carnulha, s.f, carnosité, mor- ceau de chair.

Propris istrnmens de virtnt odoraliva .so doas carnolhas pendens dins las uarrs. Elue, de las propr., fol. /jo. Les propres instruments de vertu odorative sont deux morceaux de chair pendant dans les narines.

CAST, adj , chaste, t. II, p. 35?., col. ii.. I bis. Chaste, adj., chaste.

8 CEL

Li veil suut amesuiat e chaste.

Trad. de B'ede, fol. 77. Les vieux sont modérés et chastes.

(;A.SïOR, s. m., castor, t. II, p. 355,

col. II.

3. DxAGASTOREUM, S. /«,, diacastorcum , sorte de médicament. Pillala de diacastqreum ab suc de ruiba.

Elue, de las propr., fol. 85. Pilules (le diacasloreitm avec suc de rue.

CA.TOLIX (lisez Catolic), adj., catho- li(iae, t. 11 , |j. 357, col. 11.

3. Cathomal, adj., catholique.

La quai epistola conte planeiramen la fe

CATHOLIAL.

Cat. dels aposl. de Roma, fol. 18. Laquelle épître contient plénièrement la foi catho- lique.

CA.V, adj., creux, t. II, p. 36.5, col. i.

Z l)is. Cavitat, .V. f., lar. cavitat^w , cavité.

Aroh céleste... no es res pins mas sabintra- cio dels racbtz dins la cavitat de la nivol aigoza.

So dedins cavs,... e lor cavitat es util. Elue, de las propr,, fol. 120 et 47- L'arc céleste... n'est rien plus qu'insinuation des rayons dans la cai>ité de la nuée aqueuse.

Sont dedans creux,... et leur cafité est utile. CAT. Cavitat. esp. Cavidad. port. Cavidadc. IT. Cavità, cavitate, cavUade.

CELAR, V., celer, t. II, p. :^7 ï , col. 11.

14. Sallar , q)., couvrir, envelopper,

affubler, coiffer. Par extens. Ja del mantel uo m vucl sai.i,ar. T. DE Gl'igo et de Bernard : Ara purrii. Jamais du manteau je ne me veux, affubler. Part. pas. Escut alcoihcavalgu'ieu ab teinpier, E port SALLAT capairon traveisier. Bertrand de î3orn : leu m' escondisc. L'écu au cou que je clievauche avec mauvais temps, et porte fo(;?-é' chaperon traversier.

S. Marti, a qui Dicns aparec la nueg ap.e.s cunt elh ac partit lo manlell al paure, e vezia '1

CES

Dieus SALLAT, et dizia a sos augels... : Marli encaras non es batejatz, mas cubert d' aqnest mantell.

y. et Vert., fol. -4.

Saint Martin , à qui Dieu apparut la nuit après qu'il eut partagé le manteau avec le pauvre, et Dieu le voyait affublé, et disait à ses anges... : Martin en- core n'est pas Laptisé , mais couvert de ce manteau.

CELIDONIA, ,9./, chélidoine, t. II, p. 3^3, col. II.

2. Celidoni, s. m. , chélidoine, sorte de pierre précieuse. CiLiDONi espeyra,... gianda en viitut et preciozitat.

Elue, de las propr., fol. l8t). La chélidoine est pierre,... yrandc en vertu et valeur.

CEl\RA,,v./, scie, t. II, p. 383, col. I.

?.. Serra, sera, s.f., scie.

Cocodrille,... sas dens so... a gaiza de pen- che O de SERRA.

Elue, de las propr., fol. ^^n Crocodile,... ses dents sont... à guise de peign? ou de scie.

Fig. Pretz mais

Clar dig ab obra polia

Qu' escnrs motz ab sera ni lia.

LanfrA-NC Cigala : Escur prim. Je prise davantage... clair propos avec œuvre po- lie qu'obscurs mots avec scie et lime.

hoc. fig. Nas de SERA

Del lignage deNadaul. Guillaume de Bekguedan : Mal o fei». Nez de scie du lignage de ]N'adaul.

Sorte de poisson.

La serra es .1. peys ab alas.

Nnturas d' alcunas bestias. La scie est un poisson avec ailes.

CESSAR , V. , cesser , t. II , p. 388 ,

col. II.

4. Ce.'îSatio , s.f. , lat. CE5SATIO, cessa- tion , cesse. La CEssATio de la febie.

Trad.d'Âlbucasis, fol.a^- La eesftition de la fièvre.

CHA

UAT. Cessaciô. esp. Cessaciou i-ort. Cessacào. iT, Cessazione.

CESSIO, s.f., cession, t. II, p. 388,

col. II.

1. AsESSAR, V. , approcher, avancer, transporter.

Elh se va asessar al palaitz.

Philomeka. Il se va transporter an palais.

CEU, S. m., suif, t. II, p. 391, col. i.

2. Sef, seu, s. m., suif.

N Aîmars fai Inin en sa cambra De SEF ardent. Guillaume DE Saint-Gregori : Ben grans. Le seigneur Aimar fait lumière dans sa cliambre de suifzvàeaX..

Et onhi lo de sed.

Trad. du Tr. de l'Arpentage, part. I, c. 35. Et je l'oins de suif-

CHAPLE, s. m., carnage, t. II, p. 891, col. II.

3 bis. Clapar, V., lat. ^calpcrc', couper, tailler, mettre en pièces, trancher, massacrer.

Can RoIIans vi sa gen si be aparelbatz, En anta votz escria : Senhors , ara clapatz.

Romande Fierabras, v. 472' Quand Roland vit sa gent si bien apprêtée, à haute voix il s'e'crie : Seigneurs, maintenant /aiVZez.

Part. pas.

Pas 1' anan d' nna legaa an ferit e clapat. Roman de Fierabras , v. 1576.

Plus de l'allant (la dure'e) d'une lieue ils ont frappé et taillé.

Tacheter, marquer,

Una serpen negra e clapada.

V. de S. Honorât, en prose. Un serpent noir et tacheté. ANC. CAT. Clapar. cat. mod. est. Capolar.

CHAU, S. m., hibou, t. II, p. 892, col. I.

2. Cau, s. m., hibou , choucas.

Pmbo, o CAUS, fa menntz lions vayrs et am frevol test.

Elue, de las prnpr., fol. S77.

V.

CIM 9

HlLou, ou choucas, fait menus teuls vairs ot avec faible coquille.

CHIFLA, s.f., sifflement, t. Il, p. 892,

col. II.

ibis. Chufanier, s. m., railleur, mo- queur, persifleur.

Fastigos, Chufaniep>s e vil janglos.

P. Vidal : Abril issic. De'goùtc, railleur cl vil hâbleur.

CICLE, s. m., cycle, t. II, p. 894, eol. 11.

3. SicLE, s. m., lat. sicLK.ç, sicle, sorte (Je monnaie juive, quatrième partie (le l'once grecque et romaine. Per .ce. sicles d' argent.

Elue, de las propr., fol. i6o. Pour deux cents sicles d'argent. cat. esp. Siclo.

CICOGNIA , v. /:, cigogne, t. II, p. 894,

col. II.

2. Segonho, s. m., cigoneau , petit de la ciiioçrne.

Do

Sorilz e'I petit segonho Fan lundar auzel.

Dei.des de Prades , Auz. cass. Souris el les petits cigoneaux font muer oiseau. CAT. Cicony. esp. Cigonino. ir. Cicognino.

3. Seguniiola, s.f. (Uni., petite cigogne.

Aissi cam la segunhola Baisa, leva, torn' avan.

Mafcabrus : Pus la fuelha. Ainsi comme la f petite cigogne (s') abaisse, (s') élève, retourne en bas.

CIMEN, s. m., ciment, t. II, p. 896,

col. II.

2. Asi.MENTAR , V., cimentcr.

Fig. Etablir, consolider. Part. pas. Una arca... ben asimentada dedins e déferas.

Jbrcg. de /'.-/. et du N. T., fol. 3. Une arche... bien établie dedans et dehors. ESP, Actmentar .

•i.

10 COB

CITHARA, s./., harpe, r. Il, '^99, col. I.

ibis. CiTARIZAIRE, CITARIZADOR, S. lU . ,

harpiste, joueur de lyre.

Vous (le ciTARizADORs e de miisicadors.

Trad. de l'Apocalypse de S. Jean, cli. 18. Voix Ae joueurs de lyre et de musiciens.

f). SiTOLAR, siSTOLAR, V., joucr tle hi citole, du sistre.

SiTOLAR

E mandurcar.

GlEAUD DE CalANSON : Fadet joglar. Jouer du sistre el jouer de la mandore.

Un manuscrit porte Sistol,\r. CLARA, s.f., glaire, t. II, p. ^oG, cul. i.

2. Clar, s. m., glaire, blanc (l'œuf.

Aqaesla terra... ab cr.Aa de non la des-

trempa.

Elue, de lus propr.j fol. 266.

Cette terre... avec glaire d'œuf il la détrempe.

CLAU, S. m., ck'f, t. II, p. /[oO, col. ii.

S'y bis. Inclure , 7?., enclore , icnfcrmer. Parc. pas. Calor inci.usa résolvent 1' ayga en fumozilat.

Elue, de lus propr., fol. 24. Chaleur renfermée résolvant l'eau en vapeur.

CLISTERI , s. m., clystèrc , t. II, p. 4i 7 ,

col. II. '

4. Cristerizar , ?). , lat. c/ysterisar£',

clystériser. Part. pas. Que la femna sia cristerizada de mucellage de ptilli.

Trad. d'Albmasis, fol. 3t). Que la femme soit clystérisce avec mucilage de tilleul.

ESP. Clisterizar. it. Cristerizzare.

COBEITOS, adj., cupule, t. Il, p. 420, col. I.

••j bis. Cobedeza , COBEEZA, s. f., con- voitise.

Avareza es preonda ,

COI

E COBEDEZA non a fons. Deudes de Prades, Poëme sur les Vertus. Avarice est profonde , et convoitise n'a pas de fond. Aflamat de tan grant cobeeza.

Trad. de Bède, fol. ly]. Enflamme' de si grande convoitise.

COCA, s.f., presse, t. If, p. 4^5, col. 11.

10 bis. AcocHAMEN, i^. /«., promptitude, empressement.

Ab tofa vîvassedat o acochamen anon. Régla de S. Benezeg, fol. 53. Qu'avec toute vivacité ou promptitude ils aillent.

CODE, 5. m , coude, t. II, p. 4^7» col. I.

4 bis. AcoDAR , V. , accouder, appuyer sur le coude. Part. pas. Als fenestrals del marbre esta totz acodatz.

Roman de Fierabras , v./j55o. Aux fenêtres de marhre il est tout accoudé.

CODOING, A-. ///., coing, t. II, p. 428,

col. II.

2. CoDONHic , .V. m., cognassier.

Storax, es gela... d'un aybre... qai semla

CODONHIC.

Elue, de las propr., fol. 222. Storax, c'est goutte... d'un arbre... qui ressemble au cognassier.

COGUL, s. 171. , coucou, t. II, p. 4^2, col. I.

6 bis. CoGULAR, V., cocufier, abâtardir.

Aqnels conpainos Qnî fan lo noirim cogclar.

MarcabRUS : L'autr' icr. Ces compagnons qui font la race abâtardir.

COHERTIO , coHERTiON, s. f., lat. coERTioNcWj coercition. La jaridiction , cohertion, eompulclon.

Tit. de i/ji3 , de Sainte-Eulalie de Bordeaux. La juridiction , coercition, compulsiou. ANC. CAT. Cohercio. esp. Coercion.

COIL, v. m., testicule, t. II, p. 4^3, col. 1.

COL

5. EscoLHAR, V. , ôter les testicules, châtrer.

Part. pas. suhstantù'. Eunuque.

.1. EscoLHAT de Eracle 1' emperador. . . . L' avan dih escolhatz dih que a penas l'em- peraire podia donar las toguas.

Cat. dels apost. de Roma, fol. 83.

UneM/iu^i/ed'Héraclius l'empereur L'avantdil

eunuque dit qu'à peine l'empereur pouvait donner les toges.

COILLIR, V., cueillir, t. II, p. ^33,

col. II. 1 I bis. ESCOILL, ESCIIELH, ESCUEILH, ES-

cDEiLL, S. m., accueil, manière, con- duite, genre, espèce. Tant es genta e de belh escuelq, Qq* enveia m toi d'aatra s' amor.

Guillaume de Cabestaing : Aisi cum. Tant elle est gentille et de bel accueil, qu'envie m'ôte d'autre son amour.

Ar for' el sobeiran escdeilh D' amor, s' auzes claraar raercei.

Aimeri de Saklat : Quan si. Maintenant je serais à la souveraine manière d'a- mour, si j'osasse (j'osais) crier merci.

E '1 noves , N Arnautz de Marnelh, Qa' ades le vey d'avol esccelh.

Le moine de Montaldon : Pus Peirc. Et le neuvième , le seigneur Arnaud de Marueil , vu qu'incessamment je le vois de mauvais accueil. III sei beill oill Mi son d' escoill Tal que m conort.

R. BiSTOBS : Aissi cum. Les siens beaux yeux me sont à\iccueil tel que je m'encourage.

Son falcon o d' aqnel escueii.t,.

Deudes de Prades , Auz. cass. Ils sont faucons ou de cette espèce.

COLAR, V., couler, t. II, p. /i37, col. i. 7. Tbascolar, V. , filtrer.

Fig. Passer sous silence, garder le silence, dissimuler.

De tos tortz, cor que trascoles, Aaras ir' e marrimen.

P. Cardi.nai. : Jlicsum Ciiil.

COR II

De tes loris, bien ijue tu dissimules^ lu aur.is tristesse el chagrin.

CAT. Esr. Trascolar. COAîB , cidj., courbe, t. II, p. 447> <^*^'- '•

2. CoîiBEMENT, s. m,, enfoncemout, ca- vité.

Per aquela ineteyssba l'azo las femnas ab- borlissbo, quar la bninor corrent ves la may- ritz, la grevia et inoliifica les ligamens o fermalhs dels combementz,... et es causa du

liabortiment.

Elue, ds las jirapr.j (ol. 27.

Parcelle môme raison les femmes avortent , car l'humeur courant vers la matrice , la grève et amol- lit les ligaments ou fermoirs des i«cj7fA,... el est cause d'avortement.

COIVIEDIA, s.f., lat. comoedia, conié- die, sorte de composition littéraire.

Sicilia,... premier en aqnesta ysia fo alro- bada comedia, que es nna maniera de dictar. Elue, de las propr., fol. 180.

La Sicile,... premièrement en cette île fut trou- ve'e (inventée) la comédie, qui est une manière de composer.

CONCA., s./., bassin, t. II, p. 4^>5 ,

col. II.

I bis. CoNCHiLL,.y. m., lat. conchyl/«///, coquille. Antras conchas... so... ditas antraïueut

COMCHILLS.

Elue, de las propr., fol. i56'. Autres conques... sont... dites autrement coy«j7/e.y . ANC. IT. ConcliiUo.

COR, s. m., cœur, t. II, p. 473, col. 11. 26 bis, EivcoRATJAR , V., cncouragcr, ex- citer. Part. pas. Soi fort encoratjada Que ns renda guazardo. Amakieu des Escas : En aquel mes. Je suis fort encouragée i\\xe \e vous rende guerdoii.

IT. Incoraggiare. CORB, adj., courbe , t. II, p. 479, col. 11. I bis. CoRBA , s.f., courbe, croc, corbiii.

j 2 CRE

Est hisbatz, nas de coiiiiV. Guillaume de Berguedan : Cliansun m- Cet évêque , nez-Ae-courl/e. CAT. ESP. PORT, Ciuva.

CORDA, s./., corde, t. II, p. 4^0, col. ii.

Q bis. CoRDENC , adj. , de corde.

Ungla... ab la carn et ab la pel nnicla , ab ligamens cordencs.

Elue, de las pi-opr., fol. /jg. Ongle... uni avec la chair et avec la peau , avec ligaments de corde.

CORN, s. m., corne, t. II, p. 486, col. 1.

S bis. Unicoen , adJ., lat. unicorn^, unicorne, qui n'a qu'une seule corne. Rinoceroa es unicorn,... quar no ha mas nu corn el miech del front.

Elue, de las propr., fol. 257. Le rbinoce'ios est unicorne,... iiarce qu'il n'a qu'une corne au milieu Hu front.

COTOFLE, s. m., bouteille.

De dolio vini, unam denariam et unnm cotofle vini.

Statuta Mnssiliœ, lili. 1, cap. 39.

Mostret las thoalbas e '1 cotofle que lui/.,

Per la signilicansa

Que lor pas e lor vis es inanjalz e begutz. Guillaume DE Tudela.

Il montra les nappes et la bouteille qui luit, pour la signiËance... que leur pain et leur vin est mangé et bu.

ESP. Cotofre.

COZER,-y., cuire, t. II, j). 5o4, col. i.

i5. SoBRECOZER , -y. , sur-culre , cuire

beaucoup, extrêmement. Part. pas. Prumier si engendra flecraa, qne es humor quayssb mecb cnecha; après sanc , qui esbumor perfiechament cnecba; après colra, qoe es soerecuecha.

Elue, de lus propr., fol. 29. Premièrement s'engendre flegme , qui est humeur quasi mi-cuite ; après sang , qui est humeur parfai- tement cuite ; après bile , qui est sur-cuite.

CREBAR, V. , crever, t. II, p. 507,

coi. 11.

CUE

4 bis. Crehamen, s. m., crèvenienf.

Aisso fes per crebamen e per evasimen dei diable.

yîbr. de l'A. et du N. T., fol. il. Cela il fit pour crèvement et pour ane'antissement du diable.

CREIRE , V., croire, t. II, p. 609, col. i.

I I bis. Mexscreire , mexescreire , v. ,

mécroire , ne pas croire. Part. prés, subst. Lai on près viloien Dieus mort per aficx De menscrezens triez. G. Fabre de ISarbonne : Pus dels maiors. Dieu prit ignominieusement mort par ob- stination de mécréants trompeurs.

Cnm fan los heretges e ios meitescrezens.

V.et Fert., fol. 102. Comme font les he'réliques et les mécréants.

CREPCHA , s.f., crèche , t. II , p. 5i4,

col. II.

a. Grepia, S.J., crèche.

Ero en la grepia on fo panzatz Jhesn Crist.

Cal. dels apcsl. de Roma, fol. 5. Étaient dans la crèche fut pose' Je'sus-Cbrisl.

CRIDAR, V., crier, t. II, p. 5i5, col.ii.

5 bis. Crior, s. f., clameur. Lo coms reisedet de la frior, Et entendet la nosa c la crior.

Roman de Gérard de Rossillon, fol. 7. Le comte se réveilla de la frayeur, et entendit la noise et la clameur.

CUER, .V. m., cuir, t. II, p. 627, col. i.

10 bis. CoRREYA, s. /. , courroie, cor- don , ceinture.

Parcxtcns. Champ étroit et allongé , désigné par la plantation ou la cul- ture qiti s'y trouvait. CoRREYA de vinba, ab la terra et loc en que es.

Til. de 1412, de Bordeaux. Bibl. Monteil. Courroie de vigne , avec la terre et lieu en quoi elle est.

\^bis. CORRECTOR , V. Itl . , lat. COUKEC-

TOR , correcteur.

DIS

Angel. ,... segon la Scriplura,... so nobties istiaiaors en dnbietat, liberadors de captivi- tat,... lefrenadois de malignitat ,... de nostres

peCCatZ CORRECTORS.

Elue, de las propr., fol. i3. Les anges ,... selon l'Écriture ,... sont nos instruc- teurs dans le doute, libe'rateurs de captivité',... mode'rateurs de malignité',... de nos pe'che's cor- recteurs . CAT. ESP. PORT. Corrector. it. Correttore.

11. EsQuiRAR, V., déchirer.

Tray sos pels , esquira sa cara.

F. de S. Honorât. Tire ses cheveux , déchire sa face.

DIS

S

CYNOBRE, ciNOBRi, sinobre, sinobri, À. m., lat. ciN«crBaRi, cinabre. Ctnobre, escolor... mot bona a tinctara. Sindaracha,... es sa color de crxoBRi. Elue, de las propr. j fol. 267. Cinabre, c'est couleur... moult bonne à teinture. Sandaraque,... est sa couleur de cinabre. ESP. Cinabrio. VORT. Cinabrio , cynabrio, it. Cinabro .

CYRURGIA, s.f., chirurgie, t. II , p. 533, col, II.

3. SuRGiER , s. m., chirurgien.

SI tu voles que lo surgier te guarisca. r.et Fert.,io\.&^. Si tu veux que le chirurgien te guérisse.

D

DENFR A, /?/•?;?., dans, t. III, p. ih , col, I.

2. E?sFR.\ , adi>., lat. infra , en bas, des- sous, pendant.

Sian preferidas enfra nn mes.

Statuts de Provence. Bomï , p- 4/ (Qu'elles soient Tpiéférées pendant un mois.

DIR , V., dire , t, III , p. Sa , col, ii.

3i bis. Malezir , V., mal dire, dé- précier. L' enveîos malezeis lo ben d' aatrni.

F. etFert.,ïo\.3'j. L'envieux déprécie le Lien d'autrui.

DISPUTA, s./., dispute, t. III, p, 61 , col. I,

3. DisPUTAR, V., disputer, discuter.

De resnrectio vnelh ab tn disputar.

Izarn : Diguas me tu. Touchant la re'surrection je veux, avec toi discuter.

Ins ea sou cor si disputet Si feira zo que l' angel ditz.

Trad. d'un Evang. apocr. Dedans en son coeur il discuta s'il ferait ce que l'ange dit.

Se levero disputant amb Esteve.

Trad. des Actes des Apôtres, ch. 6- Ils se levèrent disputant avec Etienne.

4. DispuT.ATio , S./., lat, dispi;t.\tio , dispute, contestation, débat.

Apres motas paraulas e motas disputatios. Cat. dels apost. de Rama, fol. 36.

Après de nombreuses paroles et de nombreuses contestations. ANC, ESP. Disputacion, it. Disputazione.

5. DISPUTAME^T , DISPUTAMEN , S. TH.,

dispute, discussion, Encar te vuelb coiuetre d'antres dispdtamkns.

Izarn : Diguas me tu. Encore je le veux provoquer à d'autres discussions. it. Dispiiiamento .

6. DlSPUTAlRE, D1SPUTAD0R , S. m., lat.

DISPUTATOR, disputeur, discoureur, dissertateur.

Ylari,.., lo quais era grans clercz e perfons e sotils e grans disputaires de las Sanbtas. .. Escriptnras.

Cat. dels apost. de RoTua , fol. ig.

Hilaire,.., lequel était grand clerc et profond et subtil et grand dissertateur touchant les Saintes... Ecritures, CAT. ESP. PORT, Disputador. it. Disputalore.

'j. EspuTAMEN , S. m., dispute, dis- cussion.

Fv grau I'espdtamen,